À propos

Ce carnet de recherche est une réponse – expérimentale – à un double problème qui se pose à la communauté de philosophie des sciences de gestion.

D’une part, les revues en sciences de gestion restent relativement peu ouvertes à la philosophie des sciences. D’autre part, les revues de philosophie des sciences sont peu concernées par les sciences de gestion. Ce carnet offre un espace où les philosophes des sciences de gestion peuvent exposer leurs idées, et recevoir les avis de leurs pairs, sans les lourdeurs du système des revues académique, mais sans renoncer à la rigueur intellectuelle.

Au-delà de la situation spécifique de la philosophie des sciences de gestion, le système des revues académiques ne permet pas d’obtenir des retours sur un travail de réflexion encore inabouti, sur une idée à développer ou sur un simple argument. L’objectif de ce carnet serait d’accueillir ce genre de contributions, pour aider les philosophes des sciences de gestion à mûrir leurs réflexions.

Ces contributions devront être fidèles à l’objet de la SPSG, et enrichir la « la réflexion philosophique et épistémologique sur les concepts mobilisés en sciences de gestion. » Nous distinguons donc bien la philosophie en sciences de gestion, qui se réduit souvent à des considérations plus ou moins précises sur les enjeux éthiques de la gestion, et la philosophie des sciences de gestion, qui consiste à discuter de manière argumentée les concepts forgés ou employés par les sciences de gestion : indicateurs, performance, processus, organisation, etc. Les concepts employés par les sciences de gestion peuvent également être d’ordre méthodologique, ce sont donc des questions qui auraient toutes leur place dans ce carnet.

On pourra y publier des textes courts, voire très courts, des articles de fond, des recensions, des entretiens, ou d’autres sortes de contributions plus originales. Quelle que soit leur forme, ces contributions devront d’une part se conformer à l’orientation thématique du carnet, et d’autre part être argumentées. La vocation du carnet de la SPSG n’est pas d’accueillir des opinions ou des billets d’humeur. Les textes soumis au carnet seront évalués par un comité éditorial, qui vérifiera leur conformité à cette ligne éditoriale, ainsi que leur qualité scientifique.

Sur le plan formel, ce carnet offre la plus grande liberté aux contributeurs. Les revues académiques exigent aujourd’hui des auteurs qu’ils suivent non seulement des règles de mise en forme strictes, mais également également qu’ils donnent à leur prose les allures hiératiques qui conviendrait au style savant. Ce pharisaïsme académique, les grands textes en témoignent, est l’opposé de ce que devrait être l’expression d’une pensée philosophique ou scientifique. Cela empêche la formulation correcte des idées, et donne trop souvent, au bout du compte, des textes impersonnels, amphigouriques et lourdauds, où chaque ligne fait transparaître les efforts des auteurs pour avoir l’air de faire science. Pas de ça ici. Les contributeurs qui souhaiteront adopter un ton plus délié, voire plus personnel, seront parfaitement libres de le faire. L’essentiel sera d’être clair et rigoureux.